Re-looking complet et re-ouverture du Cash Converters d’Ixelles: Le marché de la seconde main de qualité entre dans une nouvelle dimension

Posté par: Franchising Belgium

Ouvert en 1999, le Cash Converters d’Ixelles est aussi le premier point de vente bruxellois des 28 magasins franchisés belges du leader mondial de la seconde main. Il vient de subir un re-looking complet. Aujourd’hui, l’univers de la seconde main devient plus que jamais un marché en plein essor. Le nouveau « look & feeling » de l’enseigne en franchise Cash Converters reflète l’esprit du secteur : confort, luminosité, transparence, convivialité 

Le réemploi durable : les clés du succès

L’enseigne en franchise Cash Converters, leader incontesté du secteur de la seconde main de qualité, compte plus de 700 enseignes à travers le monde, dont 28 en Belgique. En 2017, fêtera ses vingt ans d’existence sur le sol belge. En préambule à cet anniversaire, il offre un nouveau « look & feel » à l’intérieur et l’extérieur de ses magasins franchisés pour répondre au mieux aux attentes actuelles et futures de ses clients, qui sont plus d’un million en Belgique. Dernier « relooké » en date, le Cash Converters d’Ixelles, situé à la chaussée d’Ixelles. 

Le succès de l’enseigne en franchise Cash Converters s’explique avant tout par un changement de mentalités qui s’est opéré, depuis plusieurs années déjà, au sein de toutes les catégories de la population. Etudiants, cadres ou indépendants, pensionnés…. La clientèle de Cash Converters est très hétérogène, mais se retrouve autour d’un double principe simple, qui repose sur le bon sens. 

D’une part, ne pas jeter un produit en bon état de marché, dont on ne se sert plus, mais qui a encore de la valeur. D’autre part, privilégier l’achat malin, ne pas payer le prix plein lorsqu’une alternative tout à fait satisfaisante existe. 

Au total, plus d’un million de Belges visitent régulièrement les magasins franchisés Cash Converters, qu’ils soient vendeurs ou acheteurs. « La démarche est tout aussi écologique qu’économique », explique Kurt Rens, General Manager de Cash Converters Belgique. « En vendant ou en achetant chez Cash Converters, le client sait qu’il fait une bonne affaire, tout en contribuant à développer un modèle économique plus durable ». 

Si le secteur de la seconde main foisonne également sur Internet, l’intérêt pour des magasins « réels » s’explique de différentes manières : « On a tous chez nous, au grenier, au garage ou dans la cave, un article acheté en double, un cadeau jamais ouvert ou encore un produit dont on ne se sert plus mais qui fonctionne encore parfaitement. Cet argent qui dort, les adeptes du concept Cash Converters sont heureux de le monnayer cash, rapidement et en toute transparence, en passant par un de nos vingt-huit magasins. Nombreux sont ceux qui, pour des raisons de vie privée ou de sécurité, privilégient aussi une transaction chez nous, avec notre personnel spécialement formé à cet effet, plutôt qu’un échange direct, chez eux ou chez l’acheteur potentiel de leur produit », poursuit Rens.

Smartphones, tablettes, écrans plats, mais aussi les articles de sports ou le petit électro-ménager pour ne citer que quelques catégories de produits, le succès de lenseigne en franchise Cash Converters réside bien évidemment également dans sa large gamme d’articles, dont tous les exemples de derniers développement technologiques.

Relooking : Transparence, honnêteté, humanité et convivialité 

Si Cash Converters Belgique poursuit et renforce sa présence sur le sol belge, d’autres changements importants interviennent également, principalement au niveau de l’aspect visuel et de l’agencement des magasins. Cette refonte du « look & feel » a été confiée aux spécialistes anversois de Retail Office, qui ont réalisé des transformations similaires pour des marques comme AS Adventure, Veritas ou Van Marcke par exemple.

Pour Frédéric Van Hoecke de Retail Office, le défi « Cash Converters » reposait sur la capacité à transformer les « magasins d’articles » existants en des lieux plus conviviaux, où l’expérience vécue, les conseils fournis par les spécialistes et le sensation réjouissante d’avoir fait une bonne trouvaille et/ou une bonne affaire en ayant passé un bon moment, devait prédominer. 

« Le principe de l’achat-vente d’article de seconde main s’est durablement ancré dans les habitudes de consommation, tant les clients correspondent aujourd’hui à des profils très variés. Preuve qu’ils sont conquis par le concept, ils viennent de plus en plus souvent vendre et acheter lors d’une même visite. C’est pourquoi nous avons suggéré de ne prévoir plus qu’un seul comptoir dans les magasins de nouvelle génération » affirme Van Hoecke. 

Et le bien-être du consommateur est érigé par la chaîne comme priorité absolue. Pour ce faire, la chaleur des matériaux en bois, la luminosité des espaces, la fonctionnalité du magasin, permettent de créer une atmosphère particulièrement conviviale. Et Kurt Rens de conclure : « Le nouveau look & feel des magasins contribue avant tout à renforcer l’ambiance assurée par nos collaborateurs, pour qui les relations avec leurs clients se déroulent dans un esprit de transparence, d’honnêteté et d’humanité ».