Le vol à l’étalage : statistique inquiétante pour la Belgique

Posté par: Franchising Belgium

Selon le 13ème et dernier "Baromètre du vol dans le retail" réalisé par Checkpoint, la Belgique est le second pays d’Europe le plus touché par le vol à l’étalage, avec un pourcentage de 0,59% sur le chiffre d’affaires total du retail. 


• Les détaillants investissent davantage dans la prévention ; la criminalité en magasin est en léger recul et la démarque inconnue passe à 1,16% 
• La criminalité dans le retail coûte € 880 millions aux détaillants belges 
• Le vol en magasin et les mesures de prévention coûtent € 286 à chaque famille belge 

La démarque inconnue, soit la perte occasionnée par le vol à l’étalage, la fraude par les fournisseurs, le vol par le personnel et les erreurs administrative, est cependant en léger recul par rapport à l’année passée. Les détaillants belges ont, en 2013, davantage investi dans la prévention et en récoltent les fruits. La Belgique affiche en effet un taux de démarque inconnue de 1,16% sur le chiffre d’affaires total du secteur retail, ce qui représente une amélioration par rapport à l’édition précédente du Baromètre (1,30%). Ces 1,16% représentent des pertes de 880 millions d’euros pour les détaillants belges sur un chiffre d’affaires total de 75,8 milliards d’euros. 

Le secteur retail belge a utilisé 0,71% de son chiffre d’affaires dans les mesures de prévention, soit 538 millions d’euros. La perte de revenus pour les commerçants causée par la démarque inconnue coûte en outre 286€ à chaque famille belge. 

C’est ce qui ressort de la 13ème édition du Baromètre du vol dans le retail, une étude sponsorisée par Checkpoint Systems. L’enquête a été réalisée par The Smart Cube, une société internationale spécialisée dans les études et analyses personnalisées, qui a élargi le nombre de pays et de détaillants interrogés. L’étude a ainsi été menée dans 24 pays répartis dans le monde entier, dont 16 pays européens, et auprès de 222 distributeurs mondiaux. Ces derniers atteignent ensemble un chiffres de vente de 743,8 milliards de dollars (560,1 milliards d’euros). L’enquête s’est déroulée entre janvier et décembre 2013. 

La Belgique et le reste du monde 

Au niveau mondial, la démarque inconnue est en baisse et passe de 1,36% à 1,29%. Cela représente des pertes de 128 milliards de dollars (96 milliards d’euros). Seule l’Asie constate une augmentation de sa démarque inconnue (1,28% contre 1,26% pour l’année précédente). Au niveau des continents, l’Europe tire son épingle du jeu et affiche la démarque inconnue la plus basse, avec une moyenne de 1,13%. L’Amérique du Nord montre la démarque inconnue la plus élevée, avec une moyenne de 1,48%. 

Au niveau mondial, la Norvège est le pays qui s’en tire le mieux, avec seulement 0,83% de pertes occasionnées par le vol à l’étalage, la fraude par les fournisseurs, le vol par le personnel et les erreurs administratives. Le Japon et le Royaume-Uni sont juste derrière et restent bien classés avec 0,97%. Le Mexique affiche le taux de démarque inconnue le plus élevé, avec 1,70%. 

En Europe, la Finlande (1,39%) et l’Espagne (1,36%) sont les mauvais élèves de la classe. 

Avec 1,16%, la Belgique se situe juste au-dessus de la moyenne européenne et ferme le Top 5. La Belgique se porte mieux que son voisin hollandais, qui affiche un taux de démarque inconnue de 1,23%, mais moins bien que ses voisins allemand (1,10%) et français (1,09%). 

Le vol par les clients et le personnel est en augmentation en Belgique 

La démarque inconnue a diverses causes. Le Baromètre du vol distingue 4 catégories : le vol par les clients, le vol par le personnel, la perte suite à des erreurs administratives et la fraude des fournisseurs. 

Le vol perpétré par les clients constitue la part la plus importante de la démarque inconnue, tant en Belgique qu’au niveau européen. La Belgique, les Pays-Bas et le Portugal se partagent la deuxième place du classement des pays européens les plus touchés par le vol à l’étalage. Ce type de vol représente 0,59% du chiffre d’affaires des détaillants belges. Seule la France y consacre un pourcentage plus élevé : 0,64%. 

Proportionnellement, le personnel belge se fait taper sur les doigts : ce type de vol représente 29,7%, ce qui est plus élevé que l’an dernier et que la moyenne européenne (21,9%). 

La fraude des fournisseurs et les erreurs administratives sont par contre en recul dans notre pays, avec respectivement 8,8% et 10,50%. Nous faisons beaucoup mieux que la moyenne européenne, qui atteint 14,70% pour la fraude des fournisseurs et 24,80% pour les pertes résultants d’erreurs administratives. 

La fin d’année, une période à risque pour 60% des détaillants 

Certains produits sont plus dérobés que d’autres. D’après les détaillants européens, les voleurs s’attaquent surtout à des produits de petites tailles, faciles à dissimuler et à revendre, comme les accessoires de mode, l’outillage électrique, les accessoires de portables, les vins et spiritueux, et les produits de maquillage. 

Comme l’an dernier, l’alimentation est également ciblée par les voleurs. La viande fraîche, le fromage et les spécialités gastronomiques sont particulièrement ciblés. 

60% des détaillants européens indiquent également que la période de Noël et de fin d’année est celle qui présente la démarque inconnue la plus élevée. Les clients ayant besoin d’acheter des cadeaux, des magasins aux stocks excédentaires et le recours aux employés temporaires sont les raisons principales de ce phénomène. 

Plus de prévention = moins de vols 

Il apparaît que la diminution de la démarque inconnue est la conséquence d’une augmentation des investissements consentis dans la prévention. Les détaillants belges y consacrent ainsi 0,71% de leur chiffre d’affaires total, soit 538 millions d’euros. 

Les détaillants ont été interrogés sur les diverses mesures préventives qu’ils ont prises quant à la démarque inconnue. Les étiquettes, macarons et antennes antivol sont les solutions de prévention les plus utilisées en Europe et dans le monde entier. En Belgique, les détaillants recourent également aux articles présentés dans des vitrines ou sur des rayonnages verrouillés. Plus de 20% des distributeurs belges protègent par ailleurs plus de la moitié de leurs produits à la source, c’est-à-dire qu’une protection est intégrée dans l’emballage lors de la production. C’est le système le plus efficace pour les détaillants car est invisible et ne demande aucun travail supplémentaire en magasin. Il permet dès lors aux vendeurs de se concentrer sur les clients. 75% des détaillants belges prévoient de maintenir le nombre de références étiquetées à la source.  

Source : Checkpoint Systems